Le télétravail est -il en mesure d’assurer la santé physique et le bien-être des salariés ?

Protime Teletravail la norme

Paris, le 2 juin 2020.

Les modifications engendrées par la crise du Covid 19 dans le monde du travail sera certainement l’un des faits les plus marquants de cette période exceptionnelle. Déjà lors d’une étude menée par Protime et SDWorx, publiée à la fin de l’année 2019, 78% des entreprises françaises permettaient à leurs collaborateurs de bénéficier d’une ou plusieurs formes de travail flexible télétravail (horaires adaptées, espace de bureau partagé, co-working…).

Plusieurs questions se posent donc aujourd’hui à toutes les entreprises :

  • Quels avantages tirent l’entreprise du télétravail ? 
  • Comment assurer alors le bien-être des collaborateurs ?
  • Quel outil utiliser pour y arriver ?

Peters Jongers, CEO de Protime explique : "La présence physique de 9 à 5 au bureau est souvent surestimée. Dans la société d'aujourd'hui, où le travail et la vie privée sont de plus en plus étroitement liés, les employés demandent plus de flexibilité pour déterminer leur propre horaire et leur lieu de travail. L'enregistrement en ligne des temps et des présences aide déjà 6 entreprises française sur 10 à faciliter le travail à domicile et le télétravail en général pour leurs employés. Dans la guerre des talents, ces outils d'enregistrement (en ligne) ont un rôle important à jouer."

Aujourd’hui les plus grandes entreprises françaises étudient et mettent en place la possibilité de faire du télétravail la norme. C’est le cas très récemment du groupe PSA. Si la flexibilité des horaires de travail est le système le plus souvent proposé et autorisé par les entreprises françaises, c’est parce que les collaborateurs y trouvent une meilleure qualité de vie pouvant choisir de s'arrêter un peu plus tôt pour aller chercher leurs enfants à l'école, puis reprendre leur journée de travail après l'heure du coucher des enfants.

Les principaux avantages pour l’entreprises

Du côté de l’entreprise, le télétravail est non seulement un moyen nécessaire pour stopper la propagation du virus mais présente bien d’autres avantages.

  • Par exemple dans le domaine de la productivité elle-même puisque de plus en plus focalisée sur le résultat et non sur le nombre d’heures prestées, l’entreprise peut plus aisément mettre en place la notion de « mode projet », plus collaboratif et plus motivant aussi.
  • En terme d’efficacité, il est maintenant acquis que les collaborateurs sont plus concentrés et moins dérangés par les vas et vient et les sollicitations de leurs collègues s’ils sont chez eux, dans une bulle de travail confortable. L’utilisation d’outils comme Teams ou Skype assurent un lien direct avec ses collègues tout en créant une distance salvatrice dans le cadre d’un moment de travaille demandant une forte concentration.
  • D’autre part, la France a connu ces derniers mois de nombreux mouvements de grève qui ont paralysés l’activité économique dans la plupart des secteurs. Le télétravail, s’il est plus généralisé, serait un moyen de ne plus déstabiliser l’économie en laissant toutefois la possibilité de revendiquer ses idées lors des traditionnelles manifestations.
  • La réduction des coûts liée à la généralisation du télétravail est évidente car les espaces de bureaux seront forcément plus restreints, les places de parking moins nécessaires, et tous les frais de la vie quotidienne de l’entreprise considérablement diminués.
  • Enfin dans le domaine du recrutement, car cela permet aussi d’engager des candidats qui habitent assez loin du siège social, que l’on n’aurait pas engagé s’il avait dû faire les trajets tous les jours.

La pointeuse comme outil inattendu du bien être des collaborateurs

Toutefois, il faudra bien savoir qui se rend au bureau pour prévoir le respect des règles de distanciations et suivre le cas échéant la contamination d’un collaborateur.  Cela pourrait alors signer le grand retour d’un incontournable de la vie de l’entreprise : la pointeuse.

Quoi de plus représentatif de la lutte salariés vs employeurs que la fameuse pointeuse ? Outil de contrôle absolu pour certains ou moyen d’améliorer la productivité pour les autres, la grande ruée vers le télétravail pourrait bien changer la donne. En effet, il devient aisé d’imaginer un monde où le télétravail serait la norme et où les collaborateurs ne viendraient au bureau qu’un jour par semaine. Avec la crise du Covid-19, les entreprises ont compris que la productivité dans certains secteurs d’activité n’était pas moins bonne qu’avant et que les économies réalisées en passant au télétravail pourrait être importants. Cette situation amenant notamment le management à se focaliser sur le résultat plutôt que sur le nombre d’heures travaillées.

Et c’est là que la pointeuse moderne liée à des logiciels de gestion du temps permet de transformer l’outil autrefois contrôlant comme outil de bien-être, de transparence, de confiance et de prévisibilité pour le collaborateur et son entreprise. Les horaires plus flexibles engendrées par la nouvelle organisation du travail demandent un suivi précis des heures effectuées pour simplement obtenir une paie juste en fin de mois, pour prévoir des heures supplémentaires, connaître ses jours de congés restants ou encore pour détecter au plus vite des comportements déviants menant au burn out. La protection et l’équilibre de vie pro / perso des collaborateurs est au cœur des valeurs de Protime et des entreprises pour lesquelles nous travaillons.

Les Français recherchent ainsi des jours de télétravail pour mieux équilibrer leur vie professionnelle et personnelle avant tout (41%), mais c’est aussi pour mieux se concentrer sur des tâches importantes (30%) qui demandent à ne pas être dérangés par ses collègues ou encore pour réduire les coûts liés aux déplacements entre leur lieu de vie et leur travail (26%).

Ces raisons sont plus ou moins les mêmes pour les employés Européens eux aussi plongés dans la même réflexion, avec toutefois quelques différences notables comme les Belges qui sont surtout à la recherche d’un meilleur équilibre de vie (58%) ou les Allemands qui souhaitent principalement (39%) réaliser des économies sur le budget de transport.

Plus généralement, de tous les pays Européens étudiés, c’est l’Allemagne qui propose le plus facilement une flexibilité des horaires de travail, avec pas moins de 80 % des entreprises allemandes qui rendent cela possible pour leurs employés. Le coworking en espace de travail partagé est beaucoup plus souvent proposé chez nos voisins Européens comme au Pays-Bas (46%), au Royaume-Uni (34%), en Belgique (29%), en Allemagne (25%) et seulement 23% pour la France.

De la nécessité de proposer plutôt que d’imposer le télétravail 

Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’imposer le télétravail, il faudra adapter selon le secteur d’activité, connaître ses limites face au télétravail, ce qui sera chose plus aisée puisqu’on l’a expérimenté en temps réel pendant cette période de confinement.

Une méthode originale pourrait faire son chemin dans l’entreprise pour découvrir les aptitudes des collaborateurs au télétravail. C’est d’ailleurs déjà le cas chez Protime qui permet à ses collaborateurs de développer sans cesse de nouvelles compétences, aussi bien pour améliorer la qualité du travail en équipe en interne que pour accompagner ses clients. C’est notamment le cas de sa porte-parole et responsable Marketing francophone, Sophie Henrion, qui est certifiée pour la méthode Arc-en-Ciel DISC. Elle dispense des ateliers en interne et partage ses connaissances et sa réflexion avec son réseau et les clients de Protime au moyen, notamment, de webinaires.

La méthode DISC Couleurs permet d’identifier les traits dominants d’un individu et de comprendre comment il s’adapte par rapport à son comportement de base. Loin d’être un test d’intelligence ou d’aptitude, il s’agit plutôt d’une analyse comportementale qui peut aider à élaborer un environnement de travail dans lequel chaque collaborateur sera à son aise. Par exemple les « VERTS » et les « BLEUS » se trouveront être les mieux adaptés au télétravail car ils ont un mode de fonctionnement plus introverti et ont un mode de réflexion plus solitaire, une plus grande capacité à travailler seul. Le « VERT » est un être de stabilité, d’harmonie. Face à une crise comme celle que nous avons vécue, il aimera retrouver les valeurs essentielles de la famille. Le télétravail lui permettra d’être au plus près de ce qui a du sens pour lui.

Un « JAUNE » ou un « ROUGE » fonctionnent plutôt en mode extraversion. Le « JAUNE » a un réel besoin de contacts, il est un être particulièrement social par nature et le « ROUGE » est plutôt meneur par nature et a besoin d’avoir une influence sur une équipe pour se sentir efficace. Ce dernier étant une personne d’action, orientée résultats, il peut tout de même se sentir bien en télétravail s’il continue à se mettre des défis et à les atteindre. Le JAUNE sera donc en général les collaborateurs qui souffriront le plus vite de l’isolement si rien n’est prévu pour les aider à garder des contacts sociaux même à distance.

En conclusion

Si le télétravail devient la norme, cela ne doit donc pas être au détriment de l’une ou l’autre des deux parties concernées par ce nouveau contrat. Tous les outils sont déjà disponibles pour mener à bien cette transition. La culture positive et bienveillante de l’entreprise est plus que jamais un vecteur essentiel de cette nouvelle étape. Protime fait preuve d’exemple dans le domaine, et propose à ses clients de bénéficier de son expérience et son expertise partout en Europe, assurant ainsi à ses clients un support adapté et personnalisé qui leur permettra de relever de défi historique.

External Blog

Le Journal du Télétravail du magazine Management donne la parole à Protime

Comment ne pas laisser déborder le travail sur sa vie perso quand tout se mélange ? Comment s'assurer qu'on n'en fait pas trop ? Ou trop peu ? Un employeur peut-il à la fois faire confiance à distance, laisser de l'autonomie...

Blog

Journal d’une (ex-)confinée : vers une nouvelle vision du télétravail

Protime teletravail

Fin mars, alors que le confinement commençait tout juste, je vous partageais déjà mes premières impressions sur le télétravail. Qu'en est-il après plus de deux mois de travail à domicile ?