Tendances RH: les entreprises françaises font le bilan

Tendances RH Protime

La volonté de changement n’est pas suffisante pour s’adapter aux tendances

Une étude menée par Deloitte en 2016* auprès de 7000 répondants à travers 130 pays met en lumière les tendances RH actuelles. Au cours de cette enquête, les dirigeants interrogés ont donné leur avis par rapport à l’importance des tendances RH et ont estimé le niveau de maturité de leur entreprise par rapport à chacune d’entre elles. Les réponses françaises ont été comparées à l’ensemble des réponses mondiales.

Voici les 10 tendances abordées classées par ordre d’importance au niveau mondial :

  1. Structure organisationnelle
  2. Leadership
  3. Culture
  4. Engagement
  5. Formation
  6. Design Thinking
  7. Compétences RH
  8. HR Analytics
  9. Digital RH
  10. Main d'oeuvre à la demande

Parmi les grands enseignements de cette enquête, on retient l’écart significatif entre l’importance accordée à chaque tendance et le niveau de maturité estimé. Les entreprises, tous pays confondus, ne sont en général pas assez matures pour répondre efficacement aux tendances RH, pourtant jugées importantes. Les plus gros écarts au niveau mondial se situent au niveau du Leadership et de l’analytique RH

La France est une bonne élève en matière de culture d’entreprise

Si on compare la France au reste du monde, on remarque que cette dernière se montre bonne élève en ce qui concerne la culture.Il s’agit du seul thème pour lequel l’écart entre maturité et importance est aussi faible : 82% des dirigeants français estiment cette dimension comme essentielle et 66% s’estiment matures à ce niveau. L’écart est donc seulement de 16%.

Ce score positif n’est pas anondin : les responsables d’entreprises associent en effet cette tendance à un moteur de la stratégie et mettent donc en place diverses initiatives pour la renforcer. Ils se disent convaincus que la culture constitue un avantage concurrentiel non négligeable. De plus, le lien entre engagement et performance économique est aujourd’hui largement constaté.

Outre son bon bulletin en matière de culture d’entreprise, la France montre tout de même certaines lacunes en ce qui concerne d’autres tendances RH actuelles.

Le leadership, le plus gros défi

En ce qui concerne le leadership, 81% des répondants français trouvent ce point important à très important alors que seulement 40 % d’entre eux estiment leur entreprise mature pour agir au niveau de cette tendance.  

Les dirigeants interrogés estiment que le plus gros défi au niveau du leadership n’est pas seulement de s’adresser aux cadres dirigeants actuels. Il est de viser aussi les leaders de la génération Y et les managers de proximité. Il faut sortir du modèle pyramidal et faire place à l’entreprise libérée.

L’analytique RH, le chantier de 2017

82% des responsables français interrogés estiment que la compétence RH est importante voire très importante alors que seulement 41% d’entre eux estiment leur entreprise mature à ce niveau.

Selon l’étude, la compétence RH est étroitement liée aux attentes grandissantes vis-à-vis des RH qui avec l’émergence de nouveaux sujets tels que l’analyse. Les efforts de développement s’articulent autour de 3 sujets :

  • La compréhension de l’environnement business
  • La modernisation des SIRH (intégration des processus tels que la gestion des temps)
  • La montée en compétence dans le domaine de l’analytique RH

La culture comme solution ?

Etant donné l’importance accordée au leadership et aux nouvelles compétences telles que l’analytique RH, les entreprises françaises doivent agir. Comment ?

L’étude de Deloitte envisage le leadership et le développement des compétences comme des leviers pour développer la culture d’entreprise. En effet la proximité du management et les opportunités de développement sont des points sur lesquels agir.

Par contre, les résultats et analyses de l’étude n’évoquent pas la relation inverse à savoir l’impact de la culture sur le management et le développement. Pourtant, pour libérer une entreprise, la direction doit être prête à lâcher du lest et les collaborateurs doivent être prêts (et formés) à prendre leurs responsabilités. Si la culture d’entreprise est forte et va dans ce sens, il ne manque plus que l’impulsion nécessaire à la mise en route du projet.

Puisque les entreprises françaises s’estiment matures au niveau de la culture, pourquoi ne pas utiliser cet atout pour se développer dans les domaines où elles sont moins matures ?

Pour cela, elles auront recours à beaucoup de communication et de collaboration et devront assurer la continuité de leurs actions. Curieux de découvrir un outil efficace vous permettant de suivre efficacement vos projets en impliquant tous vos collaborateurs et en augmentant ainsi leur engagement ?

Découvrez ici la plateforme collaborative Protime 360°.

 

* Source: Deloitte, 2016, Tendances RH 2016.Nouvelle organisation: différente par sa structure.